Sortie du Covid19 : la participation citoyenne en VIP

Province de Namur, le 26 mai 2020 | 0 commentaire

pcvip.png

Le 14 mai dernier, le « Resilience Management Group », composé d’une centaine de scientifiques et de plus de 180 patrons d’entreprises actives dans le développement durable, a déposé, auprès de la Première Ministre, le plan « Sophia » de transition écologique et social contenant plus de 200 mesures réparties dans 15 domaines.  Elaboré de manière collaborative, ce plan de relance post-Covid, a pour objectif d’aider les autorités à enclencher immédiatement la transition vers un monde plus juste et responsable supposant une économie durable qui permettrait d’éviter ou d’atténuer les effets des éventuelles crises à venir.

Tout au long des 40 pages du plan « Sophia » s’impose le maître-mot résilience ; soit la capacité à sortir plus fort d’une crise. Très synthétiquement, les mesures proposées visent à soutenir les entreprises qui accélèrent l’évolution vers une économie régénérative, à favoriser l’activité économique dans le respect d’un plafond écologique et d’un plancher social, à réorienter les aides publiques vers les secteurs durables et à conditionner les subsides en fonction d’une réduction significative de l’empreinte environnementale.

Mais, ce plan de transition est aussi estampillé par la volonté de réintégrer encore davantage la participation citoyenne au cœur des débats. Ainsi, en plus d’un article sur les quinze dédié à la démocratie directe, le collectif prévoit la mise en place d’une « Convention interfédérale pour la transition et la démocratie » constituée de citoyens, d’experts, de représentants de la société civile, organisée ou non, qui serait chargée d’émettre des propositions aux gouvernements, aux parlements et aux citoyens sur le contenu de la transition.

Ce n’est pas la première fois qu’un plan ambitieux de développement durable allie la participation citoyenne à son processus de réussite.  Ainsi, dès 1992, lors du sommet de Rio, où fut officialisé pour la première fois le concept de développement durable et adopté l’agenda 21 (2500 recommandations concernant la mise en œuvre concrète de développement durable qui croisent les enjeux sociaux, environnementaux et économiques), le Sommet déclare, dans son aliéna 10, que la meilleure façon de traiter les questions d’environnement est immanquablement d’assurer la participation de tous les citoyens à la définition et à l’application des politiques publiques.

En 1998, la Convention européenne d’Aarhus vient confirmer le rôle de leadership incontestable de la participation citoyenne en lui consacrant un des 4P piliers du développement durable : People, Prosperity, Planet et Participation.

Aujourd’hui, associée directement à la qualité des processus, la participation citoyenne est devenue une véritable méthode de projets. Ses principaux atouts résident dans plusieurs facteurs clés : contribuer à la viabilité du projet dans la durée grâce à une adhésion assurée, accélérer et conforter les prises de décision, assurer qu’une multiplicité d’acteurs inventent des réponses inédites face à des sujets complexes et participer à l’ouverture de l’exercice démocratique.

En effet, quoi de plus efficace que la contribution directe des citoyens dans l’élaboration de réponses à apporter à leurs propres besoins et préoccupations ou à ceux des différents groupes qu’ils constituent ? La démocratie participative est un outil précieux et complémentaire au système de démocratie représentative pour œuvrer à l’amélioration de la gestion locale et accéder à une meilleure connaissance du contexte local.  

Le plan Sophia vient une fois de plus nous le susurrer à l’oreille ; la société de demain plus juste, durable et solidaire, ne pourra se construire qu’avec l’adhésion des citoyens, leur réappropriation et participation à l’action publique ainsi qu’à la chose politique.

Depuis quelques mois, l’institution provinciale ne s’y est pas trompée en travaillant justement à la mise en place d’une dynamique provinciale participative, concrétisée récemment par la création de cette plateforme d’intelligence collective afin de permettre la participation citoyenne. Un projet ambitieux d’élaboration de conseils participatifs à l’échelle des arrondissements est également à l’état embryonnaire. Il fera, à coup sûr, parler de lui sur cette plateforme dès son lancement…