Le tirage au sort à l’aide de la planète !

Province de Namur, le 17 juin 2020 | 0 commentaire

tirage.jpg

En octobre 2019, une expérience démocratique inédite a été mise en pratique pour la première fois en France lors de l’élaboration de la Convention citoyenne pour le climat. Pas moins de 150 personnes ont été tirées au sort afin de définir une série de mesures permettant d’accélérer la lutte contre le changement climatique et d’atteindre une baisse de 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Les représentants de la République se sont engagés pour que les propositions de lois émanant de ces 150 citoyens, soient soumises, sans filtre, à un référendum ou directement, au vote du parlement.

La Convention citoyenne pour le climat est, en effet, dans son genre, une innovation démocratique majeure. Jamais, au niveau national, une assemblée de citoyens tirés au sort et représentative de la société, n’avait été rassemblée. Le fait que cela soit autour de la question climatique n’y est pas étranger. Ainsi, les politiques publiques se montrent de plus en plus intéressées à s’associer aux citoyens, considérés comme « porteurs de solutions directes » pour répondre plus adéquatement à l’urgence climatique. Il ne s’agit pas de faire table rase des institutions actuelles, mais de les enrichir, d’innover pour leur permettre de mieux répondre aux problèmes nouveaux. C’est également un exercice non négligeable pour la démocratie que d’explorer de nouveaux modes de gouvernance et de collaboration qui reposent, comme ici, sur les aléas d’un tirage au sort.

Cette tendance semble pourtant se confirmer. Ainsi, le 28 mai dernier, jugeant que la crise environnementale restait à ce jour sans réponse politique suffisante, six universitaires français ont plaidé dans une tribune du journal le « Monde » pour la création, par tirage au sort, d’une « assemblée citoyenne du futur » vouée à la prise en compte, à long terme, des enjeux liés à la préservation de la planète.

Ces scientifiques, ainsi que nombreux de leur confrères, alertent sur le fait qu’une crise comme celle du Covid19 que nous avons eu à connaître, est amenée à se reproduire, notamment du fait du changement climatique et de l’effondrement de la biodiversité. Ils tirent donc la sonnette d’alarme et proposent des recommandations à intégrer durablement dans la prise de décision afin de construire une société plus résiliente et mieux préparée à affronter de nouvelles menaces. Pour eux, face à l’ampleur de la crise environnementale, les limites planétaires et l’empreinte écologique, des mesures fortes et structurelles doivent être trouvées, des plans doivent être élaborés avec les instances dirigeantes mais également, main dans la main, avec la participation la plus large de représentants de la société choisis par le hasard, garants de l’intelligence collective et de la créativité citoyenne.