La révolution des deux roues!

Province de Namur, le 26 août 2020 0 commentaire

triporteur.jpg

Vraie coéquipière de la transition écologique, la mobilité douce a été consacrée ces dernières semaines à travers différents plans structurels.

Ainsi, dans son plan de relance Plan H, la Province de Namur a alloué un budget de 75.000 euros pour faciliter les déplacements doux entre domicile et lieu de travail.

Par ailleurs, début juillet, le plan Infrastructures 2020–2026 de plus de deux milliards d’euros adopté par la Wallonie, lui fait aussi la part belle.

La crise liée à la pandémie de Covid-19 a initié de nouvelles habitudes de consommation par le biais de l’e-commerce et a ouvert de nouvelles perspectives. Le vélo semble devenir véritablement une alternative multifonctionnelle aux véhicules motorisés, les remplaçant dans des activités économiques jusqu’ici difficilement imaginables sur deux roues mais tout à fait réalisables sur trois !

«  Dans la capitale, près d’un véhicule sur 10 est une camionnette destinée aux livraisons. Le transport de marchandises est responsable de 25% des émissions de CO2 et de 33% des émissions de particules fines à Bruxelles alors qu’une étude européenne a démontré que plus d’une livraison sur quatre pourrait se faire à vélo dans les centres urbains ». Voilà le constat sur base duquel Urbike, la start-up bruxelloise de livraison de marchandises à vélo, a charpenté son projet. Un an après son lancement officiel, elle dresse un bilan très prometteur. Présent à la conférence de presse d’Urbike, le ministre fédéral de la Mobilité s’est montré convaincu du modèle commercial proposé et de son développement technologique qui a permis de booster le projet. Cet excellent bulletin a servi d’ailleurs de référence pour proposer un nouvel arrêté royal entré en vigueur en juillet. Celui-ci autorise l’utilisation de remorques à vélo d’une largeur de 120 cm (20 cm de plus que jusqu’alors) pour permettre de mener à bien les multiples expériences-pilotes en cours en la matière tout en restant dans le cadre légal.

Voilà une nouvelle mesure législative qui va réjouir les asbl qui ont misé sur ces vélos triporteurs. Qu’il s’agisse d’un déplacement, d’un colis à livrer de toute urgence ou d’un divan à déménager, les services des coursiers à vélo et des vélos-taxis prennent immanquablement du poids !  Ainsi, sur le namurois, vous pouvez faire appel au Coursier wallon qui livre jusque 100 kilos.

Le vélo et le triporteur ont donc de beaux jours devant eux. En effet, un panel de fonctionnalités s’offre à eux : moyen de transport entre le domicile et le lieu de travail, vélo de livraison, à cargo ou à remorque pour les enfants, électrique ou sans assistance, de moyen de transport touristique ou de vente ambulante, d’entreprise, vélo taxi, véhicule de maintenance, véhicule d’intervention… Seule votre imagination et vos besoins seront la limite à l’usage de ce moyen de transport écologiquement irréprochable!