A vos binettes!

Province de Namur, le 15 mai 2020 | 0 commentaire

e86b71_5c12e78a315847f78b4f445bec25cc8b_mv2.jpg

« Il pousse plus de choses dans un jardin qu’on en a semé ».

Qu’ils soient solidaires, communautaires, partagés, urbains ou ruraux,  les potagers collectifs foisonnent. Alors que chacun d’eux est unique, issu de l’interaction entre la diversité des gens qui les cultivent et l’adaptation des plantations aux particularités du terrain, ils partagent cependant tous des objectifs communs. Lieux par excellence de cohésion sociale, du retissage de liens sociaux, de transmission de savoirs intergénérationnels, de résilience et de résistance face à l’industrialisation alimentaire, les parcelles potagères recèlent d’effets bienfaisants.

Ces jardins cultivés participent à la sauvegarde de la biodiversité et des semences biologiques, aux résurgences de variétés anciennes, à la préservation des techniques d’agriculture ancestrale.

Les potagers à taille humaine constituent également de merveilleux laboratoires pour faire pousser de nouveaux paradigmes. Ainsi, éclosent, depuis quelques années, les parcelles d’écoculture qui, en un subtil équilibre, tentent à la fois de subvenir au besoin primaire de nourrir l’Homme tout en contribuant à restaurer la biosphère et en s’affranchissant des recours aux énergies fossiles. La mécanisation manuelle retrouve ainsi les terres cultivées et les paysages se transforment en espaces comestibles…

Certaines villes ou communes leur consacrent d’ailleurs un rôle primordial. Pour lutter contre l’insécurité alimentaire, des terrains publics en friches sont transformés en « terres nourricières » mises à disposition des citoyens pour leur assurer un minimum d’apport vital.

En Province de Namur, citoyens, réseau de consommateurs et fédérations d’associations préoccupées par l’environnement se sont regroupés autour d’un projet de ceinture alimentaire qui mutualise toutes initiatives soucieuses de participer à ce défi de souveraineté alimentaire.

Cette année encore, notre institution provinciale, via l’appel à projets 2020 biodiversité, offre aux collectivités implantées sur son territoire, une aide pour la mise en place de jardins partagés et cultivés de manière biologique. Ce subside provincial encourage l’accueil de nouveaux aménagements favorables à la biodiversité pour que ces jardins zéro phyto deviennent des maillons essentiels du réseau écologique. Pour postuler à l’appel à projets Biodiversité